Le Site !

Opéra en 4 tableaux -  Paroles et musique :   Henri Maître
                                       Mise en scène          :   Henri Maître

  • unité de lieu     = 0  (en unité SI) = 1 (en lieux)
  • unité de temps = 0
  • personnages     = 913 acteurs principaux (dont 824 femmes et 211 hommes), 2 figurants (portant des hallebardes), 1 chien, 3 chats (tigrés)
  • éclairage          = rasant et polarisé, venant de jardin (tablier bleu, bottes et chapeau de paille) avec le chien


liens vers d'autres sites

un site moins ludique mais tout aussi magistral (... quoique)

et pour entretenir un peu la légende :
un lien précieux,
ainsi que celui-ci, tout aussi indispensable à l'honnête-homme.

 


 

Notre quizz
L'image ci-dessous est tirée d'un ouvrage très populaire au XIXe siècle. Est-il de Legendre, Cauchy, Liouville ou Gallois ?

En cliquant sur l'image, vous aurez une autre illustration de cet ouvrage.

 


 

enfin, un peu de pub au financeur généreux de ce site, pour son soutien, ignoré, certes, mais séculaire

 

Ecole Supérieure de Télégraphie : EST (1878)

Ecole Professionnelle des Postes et Télégraphes (1888)

Ecole Supérieure des Postes et Télégraphes : ESPT  (1912)

Ecole Supérieure des Postes, Télégraphes et Téléphones : ENSPTT (1938)

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications : ENST (1942)

Sup Télécom (1983)

Télécom-Paris (1988)

Télécom ParisTech (2008)

le 1er octobre 2016, ce site comportait 27 pays,
241 pages-web, 5700 photos et 58 cartes

le 1er octobre 2016, ce site comportait 30 musées d'art, 3 de photos
5 musées de sciences et techniques,11 musées d'histoire
ou d'ethnographie, 6 manifestations ou festivals

 
 

>le 1-03-2016 : 18 albums (dont 16 par auteurs) et 1 600 photos
le 1-07-2016 : 34 albums dont 23 par auteurs 
 

le 1-01-2016 : ce site comportait 6 minorités, 7 cartes, 20 albums et 1 film
le 1-07-2016 : 12 minorités, 14 cartes, 33 albums et 2 films

 
 

   " Je laisse aller ce bus.       il poursuit son chemin
   Moi je reste à l'arrê     tattendre le prochin
   Il ne se presse pa      bientôt j'impati-ente
   Du calme rouba-ud!      il vient quand ça lui chente
   Pester, grogner, gueuler,     cela ne sert à rien
   Le vingt-neuf doit venir     il arrivera bien
   Au terminus assis     déjà le machiniste
   Enclenche son moteur     avant d'entrer en piste
   Le vingt-neuf va venir      mais ne s'ébranlera
   Que quand la ère-a-té     pé le décidera
   Ah, le voilà ! monton     za bord en bussonaute
   Averti"

Jacques Roubaud     
Ode à la ligne 29 des autobus parisiens     


    "Il est vrai que les guides accordent beaucoup d’importance à ce qui relève du « typique », de la tradition ou du patrimoine : les églises, les musées d’art, l’archéologie, les paysages, les produits du terroir, etc. Notons que les guides à destination des voyageurs fauchés, des sacs à dos (ou backpackers), reprennent largement cette philosophie « bourgeoise » et n’opèrent donc pas une véritable rupture à cet égard.
C’est aussi cette philosophie qui inspire le regard parfois condescendant porté sur les touristes, accusés de ne se préoccuper que de vieilleries désuètes, sans rien comprendre à la manière dont les lieux qu’ils visitent sont habités et vécus aujourd’hui."

Antoine Pécoud,     
Lire (et relire) les guides de voyage - The Conversation, 25 juin 2016     

    "Savez-vous qui tue la fée, qui éteint la lampe, qui change en pâle nuit les vives couleurs, les mouvantes figures, les amusantes scènes où se plaisait votre œil charmé ? Ce sont les itinéraires. Lisez-les et vous êtes perdu. Tout vous sera familier d’avance, la ville, l’habitant, le quai, le dôme. Tout vous aura été traduit d’avance en ignoble prose, en ingrate et bête réalité, mélangée de poids et de mesures, ornées du tarif des monnaies. Avant d’arriver, vous saurez déjà tout par cœur, et, revenu chez vous, vous n’en saurez pas davantage. Plus d’impression vive, neuve, spontanée ; plus d’écarts possibles pour l’enthousiasme, plus d’espace pour les souvenirs, plus d’entraînement pour l’admiration ; vous savez au juste, et par dire d’experts, ce qui est à louer, à ne pas louer, à trouver sublime, à trouver mesquin. Vous voilà ce docte ennuyé qui, un livret à la main, lorgne et constate, au lieu d’être ce voyageur qui apprend avec curiosité, qui observe avec amusement."

Rodolphe Töpffer
Voyages en zigzag ou excursions d'un pensionnat dans les cantons suisses et sur les revers italiens des Alpes


    "Il faudrait imposer une mise en quarantaine au voyageur qui revient. Tout au moins une douzaine d'heures en cellule de dégrisement."

Matthias Debureaux,
De l'art d'ennuyer en racontant ses voyages.


     "En général, les gens pleurent et s'effondrent aux départs. Ce sont de faux voyageurs. Ils font partie de cette catégorie de malheureux qui mettent une semaine à boucler une malle ! C'est quand on rentre que la lèvre est amère et le coeur dans le brouillard !"

Albert Londres     
La Chine en Folie     

 

" Les ions négatifs sont l'objet d'un mouvement de rotation en sens inverse des aiguilles d'une montre qui leur est imprimé par une chambre d'accélération radicalement polarisée, ce qui leur communique une tendance centripète les amenant à s'agglomérer plutôt qu'à se disperser. Un champ ionique négatif diminue la vitesse des anti-protophases présentes normalement dans l'atmosphère; dès que  s'abaisse leur vitesse, elles cessent d'être des anti-protophases et, en vertu du principe de parité, ne peuvent plus s'assembler aux protophases des personnes congelées en capsules cryoniques, autrement dit les semi-vivants. "

Philip K. Dick
Ubik

 


" Il parcourt ainsi le Cathay, puis la Mangiane, le grand pays de Quansi ; il passe par-dessus le mont Himaüs, laisse à droite le pays de la Séricane, puis descendant toujours de la Scythie hyperboréenne vers la mer d'Hircanie, il atteint les bords de la Sarmatie ; puis enfin, arrivant aux lieux qui séparent l'Europe de l'Asie, il vit la Prusse, la Russie et la Poméranie."

Arioste
Roland furieux raconté par Italo Calvino

 


" In the meantime, the emission theory had been developed further by Pierre Simon de Laplace and Jean-Baptiste Biot. Its supporters proposed the subject of diffraction for the prize question set by the Paris Academy for 1818, in the expectation that a treatment of this subject would lead to the crowning triumph of the emission theory. But their hopes were disappointed, for, in spite of strong opposition, the prize was awarded to Augustin Jean Fresnel, whose treatment was based on the wave theory, and was the first of a succession of investigations which, in the course of a few years, where to discredit the corpuscular theory completely. "

Max Born, Emil Wolf
Principles of Optics


" Et puis quoi, qu'importe la culture ? Quand il a écrit Hamlet, Molière avait-il lu Rostand ? Non."

Pierre Desproges
Vivons heureux en attendant la mort


  Adresse  | Mentions légales  | Remerciements  | Plan du site  |  Mise à jour : 15 octobre 2016   | Contact