Deux coups d'oeil sur le Zhejiang : Hangzhou, Wuzhen

                                   Henri Maître - novembre 2014

 

La visite en images








Le Zhejiang, province de l'Est de la Chine,

Shanghai n'est pas dans une région, mais la région qui la borde au Sud est le Zhejiang, province riche et cultivée qui offre naturellement ses plus belles villes aux vacances des Shanghaïais.

Wuzhen


C'est d'abord Wuzhen ("le Grand village de Wu"), à moins de deux heures de route, petite ville protégée par l'Unesco pour la beauté de son site (sur des canaux, comme Souzhou, sa voisine un peu plus au nord, plus bourgeoise) et ses maisons qui les bordent. Tout est charmant ici, sans l'élégance cultivée des jardins de Souzhou, mais avec toute la diversité de la vie quotidienne : restaurants, ferronniers, menuisiers. La ville est éclatée en deux parties fort séparées, et entre les deux une ville moderne où nous nous réfugions le temps que les édiles lèvent l'interdiction de circuler qu'avait entraîné la tenue d'une conférence ! Lorsqu'au petit matin, l'autorisation nous est donnée de parcourir les pontons de bois, le brouillard s'attarde sur les canaux, ajoutant de la langueur aux eaux paisibles. Murs de bois noir, bien sûr, et de brique chaulée, balcons sculptés, volets de bois levés comme des toiles de tentes, eaux brunes et lisses, fleurs encore en cet automne avancé, aux fenêtres, et sur les berges des saules partout. Des villageois vaquent, qui cuisant ses pains vapeur, qui écaillant un poisson sur un ponton ... C'est l'heure des lessives et des briquages de ponts à grandes eaux ; là encore de longues tresses noires tordues au dessus de la rivière pour une toilette publique

Hangzhou


Ce sera ensuite Hangzhou, la capitale du Zhejiang, forte de 4 millions d'habitants, mais fière d'abord d'un beau lac au centre ville, objet d'une exceptionnelle activité en cet après midi de dimanche. Promeneurs, chanteurs (de lyrique chinois surtout, avec force instruments anciens, mais de pop aussi, dopée à la sono comme il se doit), joueurs de cartes et de dominos, se partagent un parc ombragé.

Impression du Lac de l'Ouest

Le soir spectacle sur l'eau (dans l'eau plutôt faudrait-il dire car Zang Yimou a beaucoup exploité les jeux d'éclaboussures et de projections). Le décor est superbe, la technique remarquable (grands cadres mobiles actionnés par des grues, nuées infernales issues de nulle part, projecteurs rasants, oiseaux de lumière traversant le lac, ...) ; les effets de foule sont particulièrement heureux : des danseurs avec un simple parapluie lumineux ou de grandes robes gonflées comme des voiles ou, au contraire, des acteurs vêtus de noir et disparaissant de la scène, mais frappant en cadence la surface du lac d'un long bambou ; les éclairages souvent très heureux, mais, la musique me semble mièvre et convenue. Elle souligne à gros traits la naïveté du scénario. On regrette les trouvailles chorégraphiques et la variété folklorique du spectacle de Yangshuo, lui aussi nocturne et lui aussi sur l'eau ou la force, et la dynamique de celui de Lijiang. Retour à pied, en nocturne tout au long du lac fastueusement illuminé pour bien apprécier tout le charme de ses jardins. La foule est encore presqu'aussi dense qu'aux belles heures du jour.


Retour à la page des voyages

Fait le 15/12/2014